Qu’est-ce qu’un cadre de référence ?

Un cadre de référence est un ensemble de concepts, de principes et de valeurs, de comportements induits, de procédures d’action. Il repose généralement sur une certaine façon de concevoir l’être humain dans son environnement, à savoir une anthropologie maillée avec une philosophie, c’est-à-dire une certaine façon de concevoir le monde. Il décrit ce qui est visible et rend compte, avec une sémantique spécifique, de ce qui n’est pas visible à l’œil nu. C’est dans la mesure où il est opérationnel qu’un cadre de référence gagne en crédibilité.

Les cadres de référence que nous utilisons pour travailler avec les équipes, les managers et les dirigeants sont assez variés. Ils permettent de structurer nos démarches en tenant compte des environnements professionnels dans lesquels nous intervenons.

Les cadres de référence sont les suivants :

  • Analyse Transactionnelle : théorie de la personnalité, théorie de la relation, théorie de la communication
  • Théorie Organisationnelle de Berne : il s’agit de l’Analyse Transactionnelle appliquée aux organisations
  • Programmation Neuro Linguistique
  • Approche et outils Coach & Team (Lenhardt)
  • L’Élément Humain, théorie FIRO (Schutz)
  • Approche narrative (White, Epston)
  • Approche et outils du sens (Frankl)
  • Communication Non Violente (Rosenberg, dʼAnsembourg)
  • Intervention Systémique Brève, École de Palo Alto, Coaching Orienté Solutions
  • Neurosciences (Damasio, Goldberg, Naccache, Kandel)
  • Process Com Management (Kahler)
  • Intelligence Collective et Développement des Organisations (Bennis, Doyle, Le Saget, Collins, Zara, Halévy, Hamel, Rifkin, Morin)

En lien avec la collection « Coaching Global »

Le contenu théorique présenté pendant le parcours DIAM fait l’objet des 5 premiers ouvrages de la collection « Coaching Global » de Jerôme Curnier.

En quoi ces cadres de références permettent de coller au terrain ?

  • L’Analyse Transactionnelle a l’avantage sur tout autre cadre de référence d’offrir un ensemble cohérent de cinq théories qui permettent de penser avec les mêmes concepts
    1. la personne (théorie de la personnalité),
    2. la relation et la communication (théorie des transactions qui a donné lieu au nom même de ce cadre de référence),
    3. l’organisation (avec la Théorie Organisationnelle de Berne qui fait les liens entre l’organisant – i.e. la personne – et l’organisé – i.e. l’entreprise – en mettant en rapport les phénomènes psychologiques et la structure de l’organisation)
    4. la supervision des professionnels de l’accompagnement.
    5. la thérapie

Nous utilisons les quatre premières.

  • l’Elément Humain de William Schutz est un gros pilier de notre cadre de référence dans le parcours. Schutz offre un cadre pour penser les préférences relationnelles des personnes par rapport à elles-mêmes et par rapport aux autres, mais aussi des points de repère pour parler d’efficacité en équipe et de prise de décision collective.
  • nous faisons appel à certains outils psychométriques pour comprendre les spécificités du caractère de la personne et soutenir théoriquement les diagnostics que nous apprenons à poser. A ce titre nous nous référons essentiellement au cadre de référence de Taibi Kahler avec la Process Communication Management qui nous offre des informations sur nos environnements préférés, nos besoins psychologiques, les questions existentielles qui leur sont liées, les styles de management, les canaux de communication, nos centres de motivations, nos comportements sous stress (drivers, mécanismes d’échec et masques de désespéré), etc. Indispensable pour accompagner.
  • Nous utilisons aussi le cadre de référence de Frankl (logothérapie) pour comprendre comment se construit le sens chez les personnes et les fondements anthropologique et ontologique de la dynamique noétique.
  • le parcours Diam intègre le cadre de référence CT (Coach & Team) de Vincent Lenhardt, pas tant dans sa pensée anthropologique que dans ses grilles et outils d’accompagnement simples et performants. Nous faisons aussi appel à une grille de David Servan Schreiber pour accompagner lorsque la personne est en détresse.
  • Pour ce qui concerne l’Approche Systémique (école de Palo Alto) nous faisons appel à la démarche d’Intervention Systémique Brève ainsi que ce que l’on nomme l’intervention stratégique (Dominique Bériot) pour accompagner les entreprises et des problématiques complexes.
  • Nous appréhenderons quelques outils de la Programmation Neuro-Linguistique, notamment les niveaux logiques de Bateson/Dilts qui permettent de poser des diagnostics sur le niveau des problèmes à traiter. La Programmation Neuro-Linguistique permet d’aborder les croyances, en reposant l’approche sur les travaux développés en sémantique générale (Watzlawic, Saucet).
  • Les référents en matière de complexité sont Edgar Morin (La méthode) mais aussi Dominique Génelot (Manager dans la complexité)… Ce cadre permet de poser la réalité dans sa complexité et de disposer d’outils opérationnels méthodologiques de traitement des problèmes.
  • Nous utilisons les apports des neurosciences pour comprendre autant que possible le fonctionnement du cerveau (Damasio, Goldberg, Naccache, Kandel), et surtout leur application au management (Thomas-Lecerf) et au travail d’accompagnement d’équipes…
  • Quelques éléments de Communication Non Violente (Rosenberg et d’Asembourg), sont enseignés notamment pour ne pas tomber dans le panneau des émotions de l’autre lors de régulation interpersonnelle et en équipe…
%d blogueurs aiment cette page :